Contactez-nous
Bureau d'Ottawa
466 Tremblay Road
Ottawa, ON K1G 3R1

Téléphone: 613-231-2266
Télécopieur: 613-231-2345
Sans frais: 1-888-613-1234
Bureau de Winnipeg
175 Hargrave Street, Suite 100
Winnipeg, MB R3C 3R8

Téléphone: (204) 942-4438
Télécopieur: (204) 943-5998
Sans frais: 1-888-204-1234

Nouvelles



septembre 06, 2012
Les soins de longue durée, une « bombe à retardement »

Selon l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes (ACCAP), les soins de longue durée sont une « bombe à retardement » qui risque de dominer dans un proche avenir la politique du Canada en matière de soins de santé.

Tout comme le financement des régimes de pension s’est vu projeté au sommet des priorités en matière de politique sociale, la pénurie d’établissements spécialisés et les coûts associés aux soins de longue durée offerts aux aînés risquent fort de se retrouver au cœur des enjeux politiques au fur et à mesure du vieillissement de la population canadienne et de la demande croissante pour ce type de soins.

« Ceci nous apparaît vraiment comme une bombe à retardement, » déclare le président de l’ACCAP Frank Swedlove. « Nous serons confrontés à une pénurie sévère [dans le domaine des soins de longue durée] au cours des 35 prochaines années alors que les baby-boomeurs seront à la retraite. »

Selon des prévisions compilées par l’organisme d’assurance, il en coûtera environ 1,2 trillion de dollars pour fournir des soins de longue durée aux baby-boomeurs vieillissants. Le problème : le financement et les programmes actuels du gouvernement ne couvriront environ que la moitié de ces coûts.

Bien que le manque de prévoyance de la part des gouvernements et autorités en matière de soins de santé soit en partie responsable de l’absence généralisée de mesures préventives pour faire face à cette demande croissante de la part d’une population vieillissante, le déni dont fait preuve la génération des baby-boomeurs est l’une des principales raisons qui empêchent les soins de longue de durée de figurer en tête de l’agenda des priorités de la nation en matière de soins santé.

Selon Jason Round, chef du soutien à la planification financière de la Banque Royale du Canada, les récents sondages effectués auprès des baby-boomeurs démontrent que 40 % d’entre eux s’attendent à ce que leur style de vie ne soit pas affecté par leur santé après la retraite.

Selon monsieur Round, « En réalité, ce sera bien pire que cela ».

Les signes avant-coureurs de problèmes en matière de soins de longue durée sont déjà évidents. Par exemple, selon Statistique Canada, bien que le Canadien moyen s’attende présentement à vivre jusqu’à l’âge de 81,4 ans, l’espérance de vie sans condition invalidante est de 68,6 ans. En d’autres termes, l’individu moyen peut s’attendre à vivre 12,8 années de sa vie avec une quelconque invalidité.

Et il ne fait aucun doute que la proportion d’aînés malades ou invalides nécessitant des soins de longue durée ou permanents augmentera. Par exemple, selon la Société Alzheimer du Canada, on estime à 1,1 million le nombre de Canadiens et Canadiennes qui seront atteint de démence en 2035.

« Vos chances de nécessiter des soins de longue durée sont de 20 à 35 %, » déclare le chercheur de l’Institut de recherche en politiques publiques et auteur Michel Grignon. « Compte tenu des niveaux actuels de l’épargne privée, cela signifie que 75 % des individus auront épargné pour rien alors que les autres risquent de se retrouver incapables d’assumer tous les coûts des soins qui leur seront prodigués. »

Ce qui est encore plus inquiétant, de ceux qui reconnaissent qu’ils auront peut-être besoin de soins de longue durée à la vieillesse, la plupart croit que le gouvernement y pourvoira.

« La difficulté réside dans la perception chez les Canadiens et Canadiennes à l’effet que les soins de longue durée qui leur seront prodigués seront couverts par le gouvernement; ce qui ne sera pas le cas, » ajoute le président de l’ACCAP Franck Swedlove. « Les soins de longue durée ne font pas partie de la Loi canadienne sur la santé. Bien que le gouvernement ait mis en place certains programmes pour aider les gens, ils varient d’une province à l’autre et sont typiquement fondés sur le niveau de revenu. Il importe que les Canadiens et Canadiennes comprennent qu’ils seront largement responsables des coûts des soins de longue durée qui leur seront prodigués. »

Et les soins prodigués dans les établissements de longue durée sont loin d’être économiques. Par exemple, selon le Centre d’accès aux soins communautaires de Toronto, le coût d’un lit dans un établissement de la ville qui fournit des soins de base est de 1 600 $ à 2 200 $ par mois. Dans un établissement de classe moyenne ou de luxe, ce coût peut atteindre de 3 000 $ à 4 500 $ par mois ou plus.

« Il n’est pas rare que des Canadiens et Canadiennes aient à assumer des coûts de soins de santé de 40 000 $ à 50 000 $ par année, » déclare Tina Di Vito de l’Institut de la retraite de la Banque de Montréal. « Si vous croyez que vous serai appelé à résider dans un type particulier d’établissement de soins de longue durée, les coûts pourraient s’avérer plutôt substantiels. »

À l’heure actuelle, il semble y avoir trois solutions possibles au dilemme des soins de longue durée, soit :

1. Le développement d’un système de soins de santé universel, similaire aux programmes de revenus de retraite actuels du gouvernement, comme le Régime de pensions du Canada, la Sécurité de la vieillesse et le Supplément du revenu garanti. Toutefois, de tels arrangements auraient un sérieux impact fiscal et nécessiteraient des années de négociations entre le fédéral et les provinces avant d’être introduits. De récents calculs de l’Institut de recherche en politiques publiques suggèrent que les taux d’imposition personnels et corporatifs devront augmenter de 6,4 % pour que les gouvernements puissent soutenir un tel programme de soins de longue durée.

2. Le développement d’un programme d’épargne national, similaire au compte d’épargne libre d’impôt, régime enregistré d’épargne-retraite ou régime enregistré d’épargne-études, pour encourager les gens à épargner suffisamment pour aider à couvrir les coûts des soins de longue durée. Bien que ce soit possible, il pourrait s’avérer problématique de convaincre un nombre suffisant d’individus d’épargner des fonds en prévision d’un évènement majeur et négatif, comme des soins de longue durée en cas de maladie persistante comme la démence.

3. L’achat d’un contrat individuel d’assurance soins de longue durée. Bien que ce type d’assurance se fasse plutôt rare, il pourrait aider à couvrir le coût des soins de santé non couverts par les régimes privés traditionnels d’assurance soins de santé ou d’assurance-maladie gouvernementaux.

L’assurance soins de longue durée couvre généralement les coûts des services privés qui aident les individus à accomplir les activités de base de la vie au quotidien comme s’habiller, se laver, se nourrir, faire sa toilette, la continence, se coucher ou se lever d’un lit ou d’une chaise, et marcher. Certains contrats prévoient aussi des fonds pour aider à défrayer les coûts des soins en centres d’hébergement, centres de soins palliatifs, garderie pour adultes et autres services similaires. Même si les primes de ces contrats semblent élevées comparativement à celles de l’assurance-vie ou invalidité, l’assurance soins de longue durée individuelle constitue un important dispositif de protection auquel l’assuré aura fort probablement recours.

Pour de plus amples détails au sujet de l’assurance soins de longue durée individuelle, communiquez avec Jackie Moulton, conseillère en services financiers individuels de Coughlin à l’adresse jmoulton@coughlin.ca.

Même si les soins de longue durée sont le sujet chaud du jour, il est fort à parier qu’ils figureront dans un proche avenir en tête de liste de l’agenda national.

Spécialistes des avantages sociaux
Formulaires importants
Formulaires pour soins médicaux et dentaires
Formulaires pour soins médicaux et dentaires
Formulaires de dépôt préautorisé
Formulaires de dépôt préautorisé
Formulaire de paiement préautorisé Ottawa seulement
Formulaire de paiement préautorisé Ottawa seulement
Si vous partagez notre dévouement de fournir un « Service au-delà de vos attentesMC »
Programmes financiers personnels pour vous et votre famille.
Nouvelles
12 d├ęcembre, 2017
Le gouvernement de l’Ontario introduit l’Assuran...
04 juillet, 2017
Vous songez à une carrière à Coughlin &...
17 mars, 2017
La vidéo de Coughlin montre comment nos services peuv...