Contactez-nous
Bureau d'Ottawa
466 Tremblay Road
Ottawa, ON K1G 3R1

Téléphone: 613-231-2266
Télécopieur: 613-231-2345
Sans frais: 1-888-613-1234
Bureau de Winnipeg
175 Hargrave Street, Suite 100
Winnipeg, MB R3C 3R8

Téléphone: (204) 942-4438
Télécopieur: (204) 943-5998
Sans frais: 1-888-204-1234

Nouvelles



juin 04, 2014
Selon un expert, la réforme du RPC est possible mais l’impact sur les coûts variera

Selon l’ancien statisticien en chef adjoint de Statistique Canada Michael Wolfson, le Canada peut se permettre d’augmenter dramatiquement les prestations du Régime de pensions du Canada (RPC) sans apporter de changements majeurs aux critères d’admissibilité.

Lors d’un discours dans le cadre d’un symposium commandité par le Centre des relations industrielles et des ressources humaines de l’Université de Toronto en novembre dernier, l’ancien statisticien et président actuel du Centre canadien de recherche de l’Université d’Ottawa a déclaré que le groupe qui aurait le plus de difficulté à remplacer son revenu à la retraite serait celui dont le revenu annuel familial se situe entre 35 000 $ et 100 000 $.

Face à des salaires et à des taux d’intérêt sur investissements pratiquement stagnants, les contribuables à revenu moyen sont forcés d’épargner en prévision de la retraite ou de faire face à leurs obligations au jour-le-jour. Les dépenses quotidiennes prennent inévitablement le dessus sur la planification à long terme, dit-il.

Selon monsieur Wolfson, les prestations du RPC pourraient passer de leur niveau actuel de 25 % à 40 % du maximum des gains annuels ouvrant droit à pension (MGAP). Cependant, pour être en mesure de verser des prestations additionnelles, le maximum des gains ouvrant droit à pension devrait passer de son niveau actuel de 51 100 $ à 100 000 $. Suite à de tels changements, les contribuables à revenu moyen – et leurs employeurs – seraient tenus de verser des cotisations au RPC pendant toute l’année plutôt que de cesser de les verser dès qu’elles atteignent le plafond du MGAP.

En vertu de la proposition de monsieur Wolfson, les contribuables à plus faible revenu ne seraient pas forcés de verser des cotisations additionnelles.

Les niveaux de cotisation au RPC seraient aussi augmentés à des taux non spécifiés.

Les réformes proposées du RPC signifieraient qu’un individu qui gagne
100 000 $ par année aurait droit à un revenu de retraite d’environ 40 000 $ comparativement au maximum actuel de 12 150 $.

Bien que de telles propositions puissent représenter une alternative aux arrangements actuels, de nouvelles données actuarielles pourraient forcer les réformateurs de la pension à réexaminer leurs régimes.

Selon le président de l’Institut canadien des actuaires (ICA) Jacques Lafrance, les nouvelles données de mortalité suggèrent qu’une femme âgée de 65 ans peut maintenant s’attendre à vivre 24,5 années de plus au lieu des 22,1 années assumées par le modèle actuel. Les mâles du même âge peuvent s’attendre à vivre 22,5 années de plus plutôt que 20 années.

Même si l’ajout de 2,5 années de plus à la durée de vie prévue puisse sembler modeste, l’impact sur les coûts de pension pourrait s’avérer important, précise le président de l’ICA.

« Songez à ce que 2,5 années de plus non prévues pourraient signifier pour votre stratégie d’épargne en prévision de la retraite ou la caisse de retraite de votre employeur. Ces changements sont importants pour les Canadiens et Canadiennes, leurs employeurs et leurs gouvernements, » ajoute monsieur Lafrance.

Les nouvelles tables de mortalité devraient être publiées au cours du premier semestre de 2014.

Même si les nouvelles tables exerceront des pressions sur le financement du RPC, le système canadien de la retraite n’est pas confronté à une crise, précise-t-il. De plus, des modifications telles qu’une hausse de l’âge auquel le prestataire doit convertir ses épargnes et son régime enregistré d’épargne retraite en une rente, qui est présentement de 71 ans, la modification des lois en matière de retraite pour mieux accommoder une retraite progressive, et l’élimination des incitatifs à la retraite anticipée dans le cadre des régimes de retraite gouvernementaux, aideraient le Régime de pensions canadien à rattraper les tendances démographiques et de mortalité actuelles.

Selon monsieur Lafrance, « Le Canada occupe une position enviable comparativement à la plupart des autres pays développés car nous ne sommes pas confrontés à une crise de notre Régime de pensions. Il ne faudrait toutefois pas se servir de cette excuse pour éviter des décisions politiques importantes qui profiteraient à tous les Canadiens et Canadiennes. »

Spécialistes des avantages sociaux
Formulaires importants
Formulaires pour soins médicaux et dentaires
Formulaires pour soins médicaux et dentaires
Formulaires de dépôt préautorisé
Formulaires de dépôt préautorisé
Formulaire de paiement préautorisé Ottawa seulement
Formulaire de paiement préautorisé Ottawa seulement
Si vous partagez notre dévouement de fournir un « Service au-delà de vos attentesMC »
Programmes financiers personnels pour vous et votre famille.
Nouvelles
04 juillet, 2017
Vous songez à une carrière à Coughlin &...
17 mars, 2017
La vidéo de Coughlin montre comment nos services peuv...
24 février, 2016
Consultez la dernière édition du Courrier de C...