Contactez-nous
Bureau d'Ottawa
466 Tremblay Road
Ottawa, ON K1G 3R1

Téléphone: 613-231-2266
Télécopieur: 613-231-2345
Sans frais: 1-888-613-1234
Bureau de Winnipeg
175 Hargrave Street, Suite 100
Winnipeg, MB R3C 3R8

Téléphone: (204) 942-4438
Télécopieur: (204) 943-5998
Sans frais: 1-888-204-1234

Nouvelles



mars 26, 2014
Des médecins s’élèvent contre l’élargissement des pouvoirs des naturopathes

De nouveaux règlements élargissant les pouvoirs des naturopathes de l’Ontario les autorisant à traiter des conditions médicales complexes et à prescrire des médicaments ont suscité de vives réactions des médecins et chirurgiens de la province.

L’Association  des médecins de l’Ontario (AMO) et le Collège des médecins et chirurgiens de l’Ontario ont exprimé des inquiétudes face à ces nouveaux pouvoirs « troublants » qui seraient consentis aux naturopathes.

En vertu des règlements proposés, un naturopathe pourrait traiter des maladies comme le VIH et la maladie de Parkinson, prescrire des médicaments pour les traiter et demander des examens et autres tests de laboratoires financés par le gouvernement. Les naturopathes ne sont pas qualifiés pour fournir de tels soins, affirme l’AMO.

« Les naturopathes, par définition, ne sont pas formés pour offrir des soins médicaux, » précise un mémoire remis aux autorités provinciales. « Lorsque le langage [des règlements proposés]  franchit le champ d’action du naturopathe pour s’aventurer dans celui de la terminologie et des interventions médicales, nous devons nous y objecter en raison du risque pour la sécurité du patient. »

Selon l’AMO, le fait que les médecins, chirurgiens et autres professionnels de la santé suivent une procédure testée et scientifique dans le cadre du traitement du patient le protège davantage que des traitements fondés sur des philosophies non testées.

« Les médecins et autres professionnels de la santé respectent un paradigme scientifique, » déclare l’éditeur adjoint du Canadian Medical Association Journal, le docteur Matthew Stanbrook. « Nous n’acceptons que des traitements prouvés par la recherche scientifique. Dans le cas de la médecine douce, une telle exigence n’existe pas… »

Le Collège des médecins et chirurgiens de l’Ontario a fait écho aux inquiétudes de l’AMO, particulièrement lorsqu’il s’agit de prescrire des médicaments pour des maladies délicates et potentiellement dangereuses comme l’hypertension causée par une grossesse.

« De tels traitements hors du cadre hospitalier sont extrêmement dangereux car les risques de convulsion chez la mère et de décès de la mère et de l’enfant sont très élevés, » note le Collège dans son mémoire.

Le nouveau conseil transitoire du Collège des naturopathes de l’Ontario rétorque que la profession joue un rôle important dans la prévention, la gestion et le traitement des maladies chroniques et ne devrait pas être empêchée de procéder à des tests diagnostiques ou de recommander des médicaments spécifiques ou d’autres substances à ses patients.

« Les naturopathes réduisent la dépendance du patient envers des produits pharmaceutiques onéreux et contribuent à réduire les visites inutiles dans les services d’urgences des hôpitaux, » argue-t-il. « Restreindre l’accès du naturopathe à des substances inscrites ou à tests diagnostiques limitera sévèrement sa capacité de traiter ses patients de façon sécuritaire. »

Même si la naturopathie et autres pratiques de médecine douce sont régies en Ontario, en Colombie-Britannique, en Alberta et en Saskatchewan, l’expansion potentielle de ses responsabilités dans des secteurs précédemment sous le strict contrôle des médecins et chirurgiens agréés reflète la popularité croissante de ce type de traitement parmi la population. Pour les commanditaires et administrateurs de régimes d’avantages sociaux, l’expansion de la médecine douce dans le domaine des tests diagnostiques et des ordonnances traditionnellement dominé par les médecins présente un défi.

Même si l’Ontario et les autres provinces soutiennent l’expansion du rôle des naturopathes et autres praticiens, les contrats collectifs spécifient souvent que certains services et fournitures doivent être accompagnés d’une recommandation appropriée d’un médecin dûment autorisé. D’ici à ce que les contrats soient eux-mêmes modifiés par les souscripteurs pour y inclure les praticiens de la médecine douce, les adjudicateurs risquent de questionner ou de refuser carrément les ordonnances, tests et autres demandes de règlement impliquant des médecines douces.

Spécialistes des avantages sociaux
Formulaires importants
Formulaires pour soins médicaux et dentaires
Formulaires pour soins médicaux et dentaires
Formulaires de dépôt préautorisé
Formulaires de dépôt préautorisé
Formulaire de paiement préautorisé Ottawa seulement
Formulaire de paiement préautorisé Ottawa seulement
Si vous partagez notre dévouement de fournir un « Service au-delà de vos attentesMC »
Programmes financiers personnels pour vous et votre famille.
Nouvelles
12 d├ęcembre, 2017
Le gouvernement de l’Ontario introduit l’Assuran...
04 juillet, 2017
Vous songez à une carrière à Coughlin &...
17 mars, 2017
La vidéo de Coughlin montre comment nos services peuv...